Sign in / Join

La casquette Gavroche : emblème de la jeunesse parisienne du XIXe siècle

La casquette Gavroche est incontestablement l'un des symboles emblématiques de la jeunesse parisienne du XIXe siècle. Reconnaissable par sa forme plate et sa visière rabattue, elle tire son nom du personnage de Gavroche. Celui-ci est créé par Victor Hugo dans son roman Les Misérables. Bien que ce couvre-chef soit aujourd'hui souvent associé à une époque révolue, son style et sa symbolique continuent d'influencer la culture populaire.

Origines et contexte historique

À l'origine, la casquette Gavroche ne désignait pas une forme de chapeau précis. Elle renvoyait simplement au couvre-chef porté par les gamins des rues de Paris au XIXe siècle. Souvent fabriquées dans des tissus bon marché comme le feutre, ces casquettes faciles à personnaliser offraient protection et individualité aux enfants des classes défavorisées. 

A lire en complément : Montres : le parfait équilibre entre élégance et utilité

Dans son roman, Victor Hugo dépeint de manière poignante le jeune Gavroche, orphelin errant dans les rues de la capitale. Son parcours symbolise le courage et la débrouillardise. Grâce au succès planétaire de l'œuvre, la casquette portée par ce personnage emblématique devient célèbre dans le monde entier.

Elle incarne désormais le style vestimentaire : 

A lire en complément : Les lunettes de soleil pour bébé : un indispensable de l'été !

  • décontracté ; 
  • rebelle ; 
  • authentique. 

Il est propre aux jeunes Parisiens de la bourgeoisie désœuvrée de l'époque. Sa forme plate et sa visière rabattue permettent à la fois de se protéger du soleil et de garder une certaine discrétion. Ces deux aspects sont importants dans le Paris du XIXe siècle où la contestation politique commence à gronder. Progressivement, la casquette Gavroche va devenir le couvre-chef de prédilection : 

  • des étudiants ; 
  • des bohèmes ; 
  • des artistes. 

De nombreuses marques en proposent encore pour satisfaire les demandes des consommateurs. Vous en trouverez, notamment, sur https://www.chapellerie-traclet.com/fr/68-casquette-gavroche-homme-femme-enfant.

Évolution du style au fil du temps

Au cours du XXe siècle, la casquette Gavroche va traverser les époques tout en s'adaptant aux modes vestimentaires. Dans les années folles puis pendant la Seconde Guerre mondiale, elle reste associée à une jeunesse insouciante. Elle devient plus colorée et le cuir prend le pas sur le feutre. Dans les années 1960, elle connaît un regain de popularité auprès des mouvements contestataires et hippies en quête d'authenticité. Sa fabrication artisanale et son esprit rebelle en font un accessoire de prédilection pour : 

  • les mods ; 
  • les rockers ; 
  • les autres blousons noirs.

Les matières évoluent avec l'utilisation croissante du coton. Dans les années 1980, elle est réappropriée par la mouvance punk qui y voit un symbole d'indépendance et de non-conformisme. Si les casquettes contemporaines sont souvent en coton ou en tweed, certains fabricants perpétuent l'héritage artisanal avec des modèles encore fabriqués en feutre ou cuir. Le style Gavroche séduit toutes les générations grâce à : 

  • sa robustesse ; 
  • son côté vintage ; 
  • sa valeur symbolique.

Influence culturelle persistante

Ce modèle de casquette continue d'imprégner l’imaginaire collectif. Dans les films, elle est souvent utilisée pour évoquer l'univers de la jeunesse parisienne des années 1960, qu'il s'agisse des longs-métrages comme : 

  • La Boum ; 
  • Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain ; 
  • Adieu les cons d'Albert Dupontel.

En littérature, elle apparaît dans de nombreux romans dédiés à la jeunesse mettant en scène des adolescents rebelles. La bande dessinée s'en est également emparée. Même la mode s'en inspire à nouveau, de grandes marques comme Chanel ou Vans proposant régulièrement des casquettes dans un style rétro inspiré de Gavroche.

S'il ne s'agit plus d'un accessoire omniprésent, la casquette Gavroche demeure un marqueur culturel fort évoquant spontanément : 

  • l'insouciance de la jeunesse ; 
  • la rébellion contre les conventions ; 
  • l'esprit bohème des quartiers de Montmartre et de Saint-Germain-des-Prés. 

Avec sa simplicité élégante et son histoire chargée de symboles, elle restera à jamais associée à l'âme rebelle et créative de Paris.

La casquette Gavroche dans la culture populaire

Au-delà du vestiaire, la casquette Gavroche imprègne fortement la culture populaire contemporaine à travers : 

  • le cinéma ; 
  • la musique ; 
  • les arts visuels.

Dans la musique, la casquette Gavroche apparaît comme le symbole d'un esprit libre et insouciant. On pense notamment aux clips des Beatles tournés à Paris dans les années 1960. Chez les rappeurs aussi, elle devient un accessoire incontournable à l'image de JoeyStarr ou OrelSan. Même Beyoncé s'en empare pour rendre hommage à la Ville Lumière dans son album "Renaissance".

Les arts visuels se sont également emparés de ce symbole. En photographie, des artistes comme Robert Doisneau ou Jacques-Henri Lartigue immortalisent sa nonchalance joueuse. Dans la peinture, on la retrouve portée par les personnages de tableaux situés dans le Paris des années folles. Plus récemment, la casquette Gavroche s’invite dans les musées grâce à des expositions retraçant son évolution stylistique.

Cette forte présence dans les arts visuels et narratifs s'explique par la symbolique unique dégagée par la casquette Gavroche. Synonyme de jeunesse, de rébellion et de franc-parler, elle est devenue l'icône parfaite pour incarner l'insouciance juvénile à travers les époques. Immortelle muse, elle fascinera encore longtemps créateurs et amateurs de culture.

Au fil de son évolution, la casquette Gavroche est devenue bien plus qu'un simple couvre-chef, elle est devenue un symbole culturel majeur évoquant spontanément la jeunesse et l'esprit rebelle à la française. Depuis le personnage de Gavroche créé par Victor Hugo au XIXe siècle, elle n'a cessé d'imprégner notre imaginaire collectif au travers de nombreuses réappropriations artistiques.